Méthode d’approche de l’œuvre contemporaine

Publié le par Yan Chevallier

 

   L'œuvre face à laquelle on est une énigme, elle ne parle pas d'emblée et il faut trouver des clés, des portes d'entrée. Ce genre de situation, les élèves y sont tout à fait préparés, ne serait-ce que parce qu'il constitue le ressort fondamental de tout un pan des jeux vidéo. La découverte d'une œuvre se fait d'abord par questionnement. Devant un objet très inhabituel, on peut décrire les émotions, les sentiments que cela nous procure. On peut formuler des hypothèses sur le sens. Mais il faut avant tout étayer tout cela. L'art n'est pas le domaine de la subjectivité absolue, du n'importe quoi. Le fait que nombre d'œuvres jouent sur l'ambiguïté et la polysémie, n'a pas pour conséquence qu'on puisse dire tout et n'importe quoi sur elles. Certains élèves vont s'engouffrer dans ce qu'ils croient être une liberté absolue d'interprétation et proposer tout ce qui leur sort par la tête. Il faut leur rappeler que seule une approche rationnelle peut valider les hypothèses, les premières impressions. Ce que je pense de l'œuvre doit pouvoir être approuvé par d'autres pour acquérir de la valeur.

Il faut ensuite observer l'œuvre et la décrire, en tentant de la classer dans un medium particulier. On peut détailler ses matériaux, les techniques utilisées. Cela se fait en groupe, par le dialogue, l'échange entre les élèves et avec le médiateur.

Puis, vient le temps de dégager le sens de l'œuvre. De quoi parle-t-elle ? Apporte-t-elle un éclairage ou un questionnement sur un problème de notre monde actuel ? Sur une donnée plus générale de la condition humaine ? Sur les problèmes d'expression et notamment d'expression artistique ? Sur l'histoire de l'art ? Sur le cours que nous sommes en train d’étudier ? L'œuvre ne fait-elle que poser des questions ? Nous suggère-t-elle des éléments de réponse ?

   A la fin du travail, chaque élève doit pouvoir choisir une œuvre parmi plusieurs proposées et être capable, par écrit, de la décrire (médium, matériaux, techniques) et d’en proposer une interprétation et une appréciation personnelle justifiée. Bien sûr, on évalue la démarche et la capacité à construire un raisonnement, et pas les goûts de l’élève.

   Le travail de découverte comparée de deux œuvres peut être un moyen efficace et aisé de libérer la parole. Le travail de comparaison (ressemblances, différences) fixe un cadre sécurisant pour les élèves. Choisir des œuvres utilisant des techniques très différentes mais abordant les mêmes thématiques est très fécond. De même, la confrontation entre des œuvres du passé et des œuvres contemporaines montrera que si les techniques ont évolué, les grandes préoccupations des artistes, et des Hommes, restent les mêmes. 

Publié dans art contemporain

Commenter cet article